Uncategorized

Les RICE françaises en guerre contre la pollution lumineuse !

today2 octobre 2023 31

Arrière-plan
share close

Mercredi 27 septembre 2023, les Réserves internationales de ciel étoilé (RICE) de France et d’Outre-Atlantique se sont retrouvées pour un séminaire de trois jours au Pic du Midi. L’objectif est d’échanger sur la conservation de la qualité de la nuit et de partager les expériences de chacun dans la lutte contre la pollution lumineuse.

Voilà déjà dix ans que la première RICE de France a vu le jour, dans les Hautes-Pyrénées. Pour l’occasion, le Pic du Midi a accueilli les Réserves internationales de ciel étoilé de France et du monde pour un congrès inédit, à l’initiative du Parc national des Pyrénées, du SDE65 et du Pic, endroit clé des nuits étoilées des Pyrénées grâce à son observatoire et son aptitude à sensibiliser le grand public.

« On sent que l’attractivité et la conscience de ce patrimoine se renforcent, avec une prise de conscience de cette chance de pouvoir ainsi observer les étoiles. Il y a un encrage dans la culture humaine autour de la relation à la nuit. Mais aussi un équilibre, avec les cycles jour/nuit, auxquels nous sommes sensibles, comme tout le vivant« , a expliqué Mélina Roht, directrice du Parc national des Pyrénées à La Nouvelle République des Pyrénées lundi 25 septembre 2023.

Les RICE se sont regroupées au Pic du midi, dans le Parc national des Pyrénées. Photographie de macayran de Pixabay
Les RICE se sont regroupées au Pic du midi, dans le Parc national des Pyrénées. Photographie de macayran de Pixabay

La pollution lumineuse, un fléau pour la biodiversité

Si nous avons pris l’habitude des éclairages, Radio Oxygène vous expliquait déjà en mars 2023 que la pollution lumineuse figurait à la quatrième place des fléaux qui touchent la biodiversité. « On oublie que deux tiers des espèces vivent la nuit », a expliqué Olivier Jupille, chargé de mission Actions pour la biodiversité au PNP. Les conséquences touchent tous les groupes biologiques : les oiseaux migrateurs, qui avaient comme repère les étoiles, sont déstabilisés. Les amphibiens voient leur temps de reproduction réduit du fait de leur vulnérabilité aux prédateurs. Les reptiles et insectes ont vu leur horloge biologique bouleversée.

Pour beaucoup d’espèces, la notion de corridor écologique n’existait que le jour. Désormais apparaissent des trames noires, pour réfléchir à ce qu’il se passe la nuit, avec des barrières qui ne sont plus physiques mais impénétrables pour ces espèces. La prise de conscience, y compris dans la société naturaliste, a permis de mettre en place les premiers protocoles de suivi de l’impact de la pollution lumineuse sur la biodiversité.

Ce tout premier congrès des RICE a réuni les acteurs de quatre réserves françaises, en plus des principaux experts nationaux et internationaux sur le sujet, avec la contribution d’une délégation de la première RICE au monde, créée en 2007 : celle du Mont Mégantic, au Québec.

« Longtemps, on a mis l’éclairage en avant comme un facteur du développement et du progrès. Or, les habitants s’approprient facilement ces enjeux de préservation. La nuit est un univers fascinant qu’on a un peu oublié. On s’est accoutumé à un environnement lumieux. Mais quand on se retrouve dans un territoire préservé, comme le Parc, on mesure cette chance que tous n’ont pas« , a précisé Mélina Roth, la directrice du Parc national des Pyrénées.

Les points discutés lors du regroupement des RICE

Au-delà de l’échange des bonnes pratiques et des expériences vécues par chacun des acteurs des RICE, l’enjeu du congrès était de donner de la visibilité autour de de la pollution lumineuse, pour que les décideurs publics et privés prennent conscience de l’urgence à la limiter.

Dans les Hautes-Pyrénées, 56% du territoire jouit d’une très bonne qualité de ciel étoilé, contre 28% en 2019.

Entre soucis écologiques et économiques, le nombre de communes qui ont éteint leur éclairage a considérablement augmenté ces trois dernières années.

« Quand on éteint, il n’y a pas de rémanence. L’impact est immédiat, le gain instantané. Aujourd’hui, de gros travaux ont été entrepris. On éclaire à la demande, avec des détecteurs de présence, des puissances modulables et programmables. Il faut consolider ce travail et aller plus loin. Notamment sur les extrémités de nuit, avec beaucoup d’espèces crépusculaires », a confié Mélina Roth à nos confrères.

Ces dispositions permettront aux Pyrénéens de visualiser les étoiles comme si elles étaient au plus bas du ciel, ils font partie des 20% d’humains dans le monde à connaître des nuits pures…

La ligne prônée par le SDE65, qui accompagne les collectivités dans la rénovation de leur éclairage urbain, c’est « Eclairer mieux et éclairer juste ». En dix ans, 11.000 points lumineux ont été transformés, grâce à un budget de 15 millions d’euros de travaux. Des systèmes modernes ont été mis en place : leds connectées, programmables, du « smart éclairage » en fonction des horaires avec l’ajustement de l’intensité, de la couleur…

« Tout ça s’inscrit dans les objectifs de la RICE du Pic du Midi pour diminuer l’empreinte lumineuse, diminuer la facture énergétique et améliorer l’environnement nocturne », a déclaré Bruno Rouch, directeur du SDE65.

Pour ceux qui habiteraient dans le secteur de Radio Oxygène, dans les Alpes-Maritimes, n’oubliez pas que le Parc national du Mercantour est une RICE. Cela pourrait peut-être vous inspirer à préparer un petit séjour dans les hauteurs de notre belle région…

Écrit par: admin

Rate it
0%