Environnement

Une tortue Caouanne à son aise au Parc national de Port-Cros

today31 juillet 2023 65 2

Arrière-plan
share close
Samedi 15 juillet 2023, un agent d’entretien de la presqu’île de Giens a alerté les agents du Parc national de Port-Cros : il y avait des traces assez étranges sur le sable… Pas besoin de trop de détails… Les agents ont compris et directement sollicité le Réseau Tortues Marines de Méditerranée Française (RTMMF). Surprise : le personnel du RTMMF a confirmé qu’une tortue Caouanne avait choisi l’île de Porquerolles pour déposer ses œufs.
Les agents de nettoyage de la presqu'île de Giens ont identifié les traces de ponte de tortue, photographie de l'Association Marineland
Les agents de nettoyage de la presqu’île de Giens ont identifié les traces de ponte de tortue, photographie de l’Association Marineland

Le jour-même, une mise en protection du site de nidification a été mise en place sur cette plage de la presqu’île de Giens, qui est très fréquentée en plein été. La mairie d’Hyères, dans le Var, a pris un arrêté municipal de protection du site et mis à disposition du matériel pour la sécurisation du nid. Le site est donc surveillé jusqu’à l’éclosion de œufs et fera, par la suite, l’objet d’études afin d’en savoir plus sur ce phénomène très rares sur les côtes Varoises.

Du côté des vacanciers et de ceux qui ont l’habitude de fréquenter la plage, le Parc national de Port-Cros les invite à s’impliquer dans la préservation de ce nid qui constitue un patrimoine naturel remarquable. Il leur est obligatoire de respecter scrupuleusement le périmètre de protection installé samedi 15 juillet 2023 et matérialisé par des barrières. Car en effet, comme toutes les tortues marines en France, la tortue Caouanne est une espèce protégée. Mais que faisait-elle dans le périmètre du Parc national de Port-Cros ?

C’est un phénomène rarissime selon les différents acteurs locaux de la protection de la biodiversité. Nos confrères de France 3 Provence-Alpes-Côte-d’Azur ont interrogé Sidonie Canetteau, une référente locale du RTMMF. Selon elle, depuis quelque temps, le réseau observe des tortues marine adultes et donc matures sexuellement au large des côtes françaises. « On était en veille, on s’attendait à voir arriver des femelles nidifiantes, mais peut-être pas aussi nombreuses déjà cette année », a-t-elle confié aux journalistes dimanche 16 juillet 2023.

En effet, ce n’est pas la première fois qu’une tortue vient pondre dans la région. Dans la nuit du dimanche 2 au lundi 3 juillet 2023, une tortue Caouanne a été observée à deux reprises sur une plage de Villeneuve-Loubet, dans les Alpes-Maritimes. Un peu embêtée par les galets de cette plage, elle a finalement réussi à pondre ses œufs. De la même manière que dans le Port national de Port-Cros, le site a été sécurisé à l’aide d’une barrière, de panneaux et d’un rappel de la loi.

Tortue Caouanne identifiée au large de la Méditerranée, photographie de dkatana de Pixabay
Tortue Caouanne identifiée au large de la Méditerranée, photographie de dkatana de Pixabay

Pourquoi les tortues migrent vers les côtes françaises ?

Si le phénomène reste assez rare, il est plus fréquent ces dernières années. Effectivement, des nids avaient été recensés dans le Var à Saint-Aygulf en 2016 ainsi qu’à Fréjus en 2020. Sur les plages du département de l’Hérault, des tortues Caouannes ont également pondu des œufs ces dernières années. Depuis dix ans, les côtes espagnoles et italiennes deviennent petit à petit des lieux privilégiés de ponte pour les tortues. Sidonie Canetteau a expliqué à nos confrères de chez France 3 Provence-Alpes Côte d’Azur que s’il est encore « difficile » de donner des explications sur l’arrivée des tortues en mer Méditerranée du côté de la France, certaines hypothèses ont été mises en avant.

« On va parler du réchauffement climatique, […] des augmentations des températures de surface avec des modifications de surface. Et du coup, il y a des modifications de courants, donc des femelles nidifiantes. Il y a des courants qui vont se retrouver au large de nos côtes. Les femelles et les mâles vont s’accoupler au large des côtes et les femelles viennent pondre sur nos plages« , a d’abord expliqué la référente locale du RTMMF. Elle a continué : « Cela peut aussi être un phénomène évolutif. Il y a des sites de pontes qui disparaissent, des sites de pontes qui apparaissent, et là on serait dans le recrutement de sites de pontes. […] Aujourd’hui, on reste très prudents sur les raisons pour lesquelles les tortues viennent pondre sur nos plages ».

Si vous avez l’occasion d’en croiser une, il faut bien réagir. Pour se faire, Radio Oxygène vous rappelle quelques conseils donnés par Sidonie Catteau. Tout d’abord, il faut garder la distance et rester à plus de cinq mètres de la tortue. On peut s’asseoir, garder son calme. Surtout ne pas crier ou faire des gestes brusques afin de ne pas déranger l’animal. Il est également formellement interdit de faire des photographie avec de la lumière ou un flash.

Pour la reconnaître, n’oubliez pas que la tortue Caouanne mesure entre 85 cm et un mètre et pèse jusqu’à 200 kilogrammes. Sa carapace est en forme de cœur et composée d’écailles cornues, souvent couverte d’algues et de cirripèdes. Sachez qu’elle peut vivre plus de trente ans et que les pontes ont lieu entre mai et juillet. La tortue effectue deux à cinq pontes de 80 à 130 œufs espacées de 15 jours, tous les deux à quatre ans.

Écrit par: admin

Rate it
0%