Magazine

L’opération de réservation pour visiter le Parc national des Calanques est reconduite

today18 avril 2023 197

Arrière-plan
share close

Pour la deuxième année consécutive, le Parc national des Calanques subit des restrictions en ce qui concerne les autorisations de présence dans le massif du Sud de la France. Si le Parc est ouvert du 1er octobre au 31 mai à tout le monde, un arrêté préfectoral soumettra à certaines restrictions, cette année encore, l’accès des Calanques du 1er juin au 30 septembre.

Quand apparaissent les premiers rayons de soleil, le Parc national des Calanques est pris d’assaut. À partir des premiers week-ends de printemps et au mois de juillet et d’août, le Parc a recensé sur certaines plages jusqu’à 3000 personnes. Avec cette forte fréquentation, les Calanques sont devenues un espace fragile et protégé par une réglementation spéciale régie par les décrets de création du Parc national mais aussi une réglementation générale gérée par les propriétaires fonciers du Parc tels que le Conservatoire du Littoral, l’État-ONF, le Département des Bouches du Rhône et les villes de Marseille, Cassis et La Ciotat. 

Les règles générales sont simples et bien connues de ceux qui ont l’habitude de fréquenter des espaces naturels protégés : il est interdit de fumer, d’allumer un feu, de circuler en dehors des sentiers balisés, de produire des nuisances sonores, de jeter des déchets dans la nature, de cueillir des fleurs, blesser des arbres ou prélever des espèces. Interdiction également de nourrir et perturber le cycle naturel des animaux sur place, de stationner son véhicule en espace naturel ou encore de survoler le Parc à l’aide de drones ou d’engins aérodynamiques. 

Les calanques du Sugiton, photographie de Việt Anh Nguyễn de Pixabay
Les calanques du Sugiton, photographie de Việt Anh Nguyễn de Pixabay

Avec la canicule, les nombreux risques d’incendies qui se multiplient depuis plusieurs années en période estivale posent également un problème en ce qui concerne l’accès au massif . De ce fait, les réglementations sont d’autant plus poussées. Depuis l’an dernier, les fréquentations sont réglementées afin de protéger les visiteurs et la nature de ce danger. C’est la raison essentielle pour laquelle l’accès au Parc national des Calanques est limité du 1er juin au 30 septembre. L’année dernière, tous les jours pendant cette période, les services préfectoraux évaluaient et communiquaient l’état du risque incendie, massif par massif, pour la journée du lendemain. 

Afin d’avoir une information en temps réel et être notifié en cas de fermeture du Parc, l’application Mes Calanques était à la disposition de chacun pour savoir si l’accès aux Calanques était autorisé. Une carte interactive est actualisée tous les jours entre le 1er juin et le 30 septembre au plus tard à 18h pour le lendemain. Si l’accès est autorisé, les zones des massifs des Calanques, du Cap Canaille et du Grand Caunet seront colorées en vert ou en jaune. Si les territoires sont colorés en rouge sur la carte, cela signifie que l’accès au Parc national des Calanques est interdit par voie de terre

En cas de fermeture, la route des Crêtes, route principale pour accéder directement aux plages des Calanques, n’est plus accessible. Si la visite en bateau reste possible, les débarquements sont interdits. Pour vous consoler, vous pouvez tout de même visiter l’archipel du Frioul. Alors avant de prendre la route au dernier moment, Radio Oxygène vous conseille de bien vérifier la carte intéractive de l’application mobile avant d’arriver sur place et de faire face à une mauvaise surprise… 

Réservations obligatoires pour les Calanques de Sugiton et des Pierres Tombées

L’année passée, il était obligatoire de réserver pour se rendre dans les Calanques de Sugiton et des Pierres Tombées. Zacharie Bruyas, du service communication du Parc national des Calanques, a confirmé à Radio Oxygène que cette opération allait être reconduite en 2023. Ce dispositif, mis en place à cause de la sur-fréquentation de ces lieux, vise à protéger les paysages naturels. En effet, les visites du public en grand nombre provoque l’érosion des sols de ces deux zones. De ce fait, elles menacent le paysage et la biodiversité. 

 

 

Alors qu’habituellement, les calanques accueillent en moyenne plus de 2000 visiteurs en été, seules 400 personnes peuvent se promener et se baigner dans les calanques de Sugiton et des Pierres Tombées grâce au système de réservation. Si la réservation est gratuite, elle se limite à cinq personnes et les enfants de moins de trois ans ne sont pas compris dans ce quota. Afin de vérifier si les règles sont respectées, des agents du parc et des fonctionnaires de la police environnementale se sont déplacés sur place l’année dernière pour vérifier que les personnes qui étaient sur place avaient bien réservé. Et tous ceux qui avaient enfreint les règles s’exposent à une amende de 68 euros. 

Si nous n’avons pas encore d’informations en ce qui concerne les dates des limites de ces deux zones des Calanques, il est certain que cela sera en période de vacances estivales. Alors restez informés ! 

Le mouillage des bateaux dans les Calanques également restreint

Si les visiteurs sont nombreux à être piétons, ils arrivent également en masse depuis la mer. En bateau, l’accès direct depuis l’eau donne la possibilité d’amarrer sur une petite crique qui permet d’accéder à un espace de bronzage privatif. Pourtant, ces visites sauvages impactent autant la faune et la flore des Calanques, mais sous l’eau ! Au-delà des pressions sonores et des pollutions engrangées par les navires, les ancres de mouillage représentent un véritable danger. 

En effet, les herbiers de posidonie, un élément majeur de l’écosystème méditerranéen, sont arrachés par les ancres. La posidonie est pourtant essentielle pour la faune. Elle sert d’habitat ou de nurserie pour les jeunes poissons en pleine croissance qui se cachent des prédateurs. Ces herbiers sous-marins rejettent beaucoup d’oxygène et protègent aussi les côtes de l’érosion en atténuant la houle. Leur grande capacité de stockage de carbone représente un outil puissant de lutte contre le réchauffement climatique. Vous comprenez maintenant pourquoi la posidonie est appelée “poumon de la Méditerranée”

Le Parc national des Calanques, photographie de Noel Bauza de Pixabay
Le Parc national des Calanques, photographie de Noel Bauza de Pixabay

 Depuis 2020, le gestionnaire du Parc national des Calanques et les acteurs concernés comme les professionnels du nautisme ou les institutions publiques et associations de la région ont adopté un schéma d’organisation des mouillages. Dès la période de sur-fréquentation de l’année 2021, le préfet maritime de la Méditerranée a signé trois arrêtés qui visent à encadrer de manière plus stricte l’ancrage des navires dans les Calanques du Frioul jusqu’à la baie de la Ciotat et de Saint-Cyr-sur-Mer. Ainsi, les yachts de plus de 24 mètres ont été repoussés au large et ne peuvent stationner que par des fonds de plus de 30 mètres

En ce qui concerne les plus petites embarcations, le mouillage est depuis 2021 strictement interdit sur les herbiers de posidonie et doit obligatoirement se concentrer sur les zones sableuses dans les Calanques. Les zones d’En-Vau et Port-Pin sont également strictement interdites au mouillage. Comme pour les piétons qui sont soumis à des réservations, ces interdictions maritimes s’accompagnent d’une surveillance renforcée auprès des plaisanciers. 

Vous l’avez bien compris, le passage de l’homme dans le Parc national des Calanques a sacrément endommagé cette merveille de la nature. Même si la beauté du paysage est toujours observable grâce aux différents acteurs qui agissent pour le préserver, si vous avez l’occasion d’y passer, faites attention à ne pas détériorer la zone plus qu’elle ne l’est déjà.

Écrit par: admin

Rate it
0%