Loïc Dombreval : en montagne, le gouvernement devra prendre en compte les spécificités des entreprises

Télécharger le podcast

Le député LREM des Alpes Maritimes Loïc Dombreval était l'invité de #JeResteChezMoi.

L'heure n'est pas à la polémique pour l'instant selon lui :"Il y a eu des erreurs dans le passé, il faut maintenant trouver des solutions, la situation va s'améliorer nottament en ce qui concerne les masques et le gel hydroalcolique, c'est déjà le cas. Chacun doit être responsable de sa propre santé, mais aussi de celle des autres, il faut éviter de contaminer les autres... On doit être dans une logique d'union nationale. On peut enrayer très vite la pandémie si on observe bien le confinement. Il faudra renforcer les contraventions si des français continuent de ne pas obéir aux règles du confinement."

Vétérinaire de métier, Loic Dombreval s'émeut de l'abandon de nombreux animaux en cette période : " L'OMS et son équivalent pour la santé animale indiquent qu'il n'y a pas de transmition entre l'animal et l'homme : les confrères vétérinaires ont beaucoup de consultations, on voit une recrudescence des abandons : les animaux ne sont pas responsables de la pandémie ou de la transmition. Parlez avec vos vétérinaires si vous êtes inquiets. Il ne faut pas non plus faire des kilmètres avec son chien : pas de contacts proches, comme avec un autre être humain."

Pour son premier mandat de député, Loic Dombreval reconnait que la tâche n'est pas simple : " On enchaîne un certain nombre de difficultés depuis deux ans et demi... Dans cette crise sanitaire, beaucoup de fausses informations contribuent à augmenter la psychose, et ça oblige à avoir des mesures extrêmement fortes. Il faudra tirer des conclusions sur l'équipement numérique à la montagne pour pouvoir télétravailler : à la montagne on ne peut pas télétravailler, il faut accélerer le déploiement, nottament parce que la télé-médecine va aussi permettre de soigner très rapidement en particuler dans les villages d'altitude."

Le travail des parlementaires continue en cette période de crise : "Les votes des députés ont repris par procuration par un ou deux députés sur place dans l'hemicycle... On peut refuser des articles de loi si on le souhaite, il faut en informer le groupe parlementaire. Il y a plusieurs semaines, dans le cadre de la mission gouvernemntale confiée par le 1er ministre je rencontrais des gens pour faire des auditions, maintenant je les fais en vidéo-conférence. Il s'agit d'un mission sur le bien-être animal.

Interview complète en podcast.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article