Jérôme, français de Chine "Hong Kong, une des plus fortes densité mondiale, n'a pas eu de confinement"

Télécharger le podcast

Jérôme, habitant de Hong Kong

Qu'est-ce que tu fais dans la vie à Hong Kong ?

Je suis responsable de l’expérience utilisateur de plate-formes digitales dans une société chinoise qui est spécialisée dans la chaîne de distribution. Ma compagnie s'occupe de 70 à 80 % de la production mondiale principalement de vêtements, accessoires mais aussi jouets. On travaille beaucoup avec les États-Unis mais bien évidemment la compagnie gère aussi les usines dans tout le pays et à l’étranger. 

On va évoquer dans un instant le numérique et le digital en Asie. Mais avant je voulais que tu nous fasses un petit topo sur Hong Kong. 

Hong Kong en terme de population c’est à peu près 7 millions et demi d'habitants donc c'est une des villes les plus denses du monde. C’est un territoire qui est assez petit, on compare souvent Hong Kong à Paris. Hong Kong est bien une ville chinoise mais qui a gardé sa spécificité. On a beaucoup plus de liberté d'expression par rapport à la Chine continentale, on a notre propre système monétaire avec le Hong Kong dollar et Hong Kong a sa propre bourse. Au niveau du système juridique Hong Kong est plutôt indépendante. Pékin vote et place les représentants du gouvernement, par contre les habitants et les ressortissants peuvent voter pour les conciles. Ce n'est donc pas démocratique à 100 % mais ce n’est pas tout à fait le même système que la Chine qui essaie de contrôler de plus en plus au niveau économique et aussi au niveau juridique et politique. C’est pour ça qu’il y a des manifestations depuis mai dernier.

Est-ce que Hong Kong représente un poids important de l'économie par rapport à la Chine ?

C’était vrai dans le passé mais Hong Kong est en train de perdre beaucoup de terrain économique par rapport aux autres villes de Chine. Le gouvernement central essaie de créer une immense zone, un triangle économique entre Shenzhen la nouvelle ville technologique et Canton. Beaucoup d'entreprises de technologie vont probablement transférer leurs sièges sociaux sur Shenzhen et il va donc y avoir beaucoup moins d’investissements sur Hong Kong dans les années à venir. 

Parle-nous de la période qu’on vit. Est-ce que tu es confiné ou est-ce que vous avez réglé la situation ?

Hong Kong est habitué à ce genre de situation et les gens ont été très tôt proactifs, car ils ne font plus trop confiance au gouvernement. Personne n’a attendu de mesures sanitaires, les autochtones ont directement pris leur propre initiative en portant des masques et ça a contribué au succès des chiffres restés bas. Il y a eu à peu près 2000 cas et seulement 4 morts, ce qui est incroyable au vu de la densité de Hong Kong. 

Tu es français et vit à Hong Kong, qu'est-ce que tu penses de la situation en France aujourd'hui ?

En France les gens n'ont pas été préparés comme ici. Ils ont été très sceptiques quant à l'utilisation et l'efficacité du masque. Au niveau de l’hygiène ici, les gens se lavent très régulièrement les mains avec des solution hydro-alcooliques qu’on trouve de partout alors qu'en France, on a eu du mal à en trouver. 

La technologie semble aussi avoir été un facteur essentiel pour mieux suivre et capter la pandémie ?

En plus de la proactivité des habitants, la technologie a en effet énormément contribué à freiner l’épidémie mais surtout, le gouvernement a commencé à prendre des mesures de quarantaine pour tous ceux qui revenaient de l’étranger avec des tests dans l’aéroport et l’obligation de porter un bracelet électronique pour ceux mis en quarantaine. L’application élaborée par le gouvernement permet de garder un contact permanent avec la personne qui le porte. Il faut dire que le souci permanent de la liberté individuelle et de la privacité comme en France est ici moins important. Ce qui a vraiment fait la différence c’est la mise au télétravail systématique avec la collaboration des entreprises. Les gens n’ont pas attendu le gouvernement pour pratiquer la distanciation sociale. Pour l'anecdote, ma voisine a été contaminée et le lendemain de son hospitalisation, on a pu recevoir sur une plate-forme toutes les informations communiquées de manière anonyme au sujet de ses déplacements dans le mois précédent. Donc on savait que cette personne avait voyagé en Europe à Paris, à Londres et en Grèce et on savait l'âge de la personne. Il y a une espèce de transparence qui peut faire un peu peur en terme de surveillance, mais qui aura permi d’éviter un confinement. On a jamais eu de confinement à Hong Kong depuis début de la crise, alors qu’on est dans une des des villes les plus denses au monde. On peut toujours sortir. Les bars sont quand même fermés et les restaurants ont pris de nouvelles mesures. Les tables doivent être à 1,50 m de distance les unes des autres. Donc ça a changé petit à petit notre mode de vie mais les rues sont toujours pleines.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article